Comment transformer son toit en une toiture végétalisée

toiture vegetalisee

La toiture végétalisée n’est pas un récent phénomène de mode, ni un simple caprice de militant écolo. Au contraire, cette pratique vieille comme le monde visait en premier lieu la protection du logis contre les eaux de pluie, mais aussi contre le froid. De nos jours, l’aspect esthétique est une donnée majeure à considérer quand on parle de toit végétalisé : mais l’intérêt d’avoir un îlot de verdure au-dessus de la tête ne se limite pas à cette apparence de “jardin suspendu” !

Les origines du toit végétal

Autrefois, planter de l’herbe sur son toit (comme des graminées sauvages) constituait une protection contre la pluie ou la neige. Il fallait préalablement recouvrir la toiture d’un substrat (terre, tourbe…) destiné à recevoir la couverture végétale, et lui permettre de s’acclimater aussi naturellement que possible à son nouveau biotope. Aujourd’hui, avec la technologie en constante évolution, sont nées des toitures végétales prêtes à être posées ; ce concept résulte des valeurs écologiques et du souci de la biodiversité de Mon Toit Vert, qui remet au goût du jour la toiture végétalisée par le biais d’un support innovant.

Comment on installe un toit végétal aujourd’hui

La végétalisation de toiture s’effectue comme suit, sur une surface plate ou marquant une faible pente jusqu’à 20 ou 35° maximum : cette surface en béton, bois ou acier, est l’élément porteur de la toiture végétalisée. On pose d’abord un pare-vapeur destiné à éviter le phénomène de condensation qui à terme, endommagerait la surface. Ensuite, vient le tapis de drainage qui assurera la gestion des eaux pluviales : ce tapis est généralement en polyéthylène gaufré. Cette forme voulue évacue facilement les eaux de pluie vers les gouttières, ou vers un système d’arrosage en circuit fermé qui règle ainsi la question de l’eau stagnante, et génère de la sorte une considérable économie. Puis le tapis accueille la couche de substrat de culture (compost végétal, terre, liège…), sur lequel vient enfin le tapis végétal pré-cultivé, que l’on déroule directement sur le substrat : le toit végétalisé est prêt dès cet instant. Il existe aussi des bacs pré-cultivés contenant le drainage, le substrat et les végétaux, plus faciles à mettre en place que les tapis en rouleaux.

Les intérêts multiples de la végétalisation de toiture

À l’heure où l’urbanisation de la société s’étend de plus en plus, le toit végétalisé a valeur d’impact social : un toit vert apaise en insufflant une bouffée d’oxygène au milieu de la grisaille des villes. L’esthétique s’en trouve améliorée, de même que l’isolation thermique et phonique (comme le bruit de la pluie sur une toiture en zinc, qui se trouve amorti par le tapis végétal) ; la biodiversité est réintroduite en ville, et contribue à la sauvegarde de la petite faune (oiseaux, papillons et autres insectes). Gazon, plantes vivaces et arbustes implantés en ville assurent activement leur survie.